Retour à la page d'accueil Promouvoir la sécurité des personnes
et des milieux de vie
Prévenir la violence et la maltraitance
Ressources Internet au Québec   Ressources Internet en France   Ressources Internet en Suisse   Ressources Internet en Belgique

Vivre en situation
de handicap
Qu'est-ce que
vivre en sécurité
Reconnaître
la violence
Intervenir en
cas de danger
Ressources
d'aide
Références Documentation  

 
Accueil

- Le réseaux et
les objectifs
- Remerciements
- Projets du réseau
- Formations offertes

Vous êtes :

- La famille et
les proches
- Intervenants
- Représentants
d'organismes publics
- Membres
d'organismes
communautaires

Nos partenaires

Ressources Internet

Recours et Législations

Dossier de presse

Plan du site

Écrivez-nous

Ce site propose des documents imprimables en version PDF.
Télécharger le logiciel
de lecture gratuitement

Accueil \

Une version du RIFVEH révisée et consolidée

Le projet du réseau d’apprentissage communautaire du RIFVEH a permis de développer, en partenariat avec des établissements membres de la Fédération québécoise des centres de réadaptation en déficience intellectuelle (FQCRDI), agissant à titre de promoteur, un réseau interactif, avec des volets provincial et régionaux, de dépistage et de prévention de la violence à l'endroit des personnes ayant une déficience intellectuelle, au moyen des nouvelles Technologies de l’Information et des Communication (TIC). Ce réseautage, à la fois virtuel (par l’utilisation d’Internet) et réel (par la mise sur pied de groupes représentatifs du milieu de la déficience intellectuelle) s’adresse principalement aux intervenants d’établissements du réseau public et communautaire, aux organismes d’aide, de soutien et de défense de droits, aux familles et aux aidants naturels. La Version septembre 2006 du RIFVEH en est une nouvelle formalisation, par l’ajustement de tous les contenus en fonction de besoins des milieux d’intervention et des familles. 

Le projet de réseaux d’apprentissage a été rendu possible grâce à la collaboration des partenaires régionaux suivants:
Centre de réadaptation en déficience intellectuelle, Saguenay- Lac- St- Jean,
Centre de réadaptation en déficience intellectuelle, Chaudière- Appalaches,
Le regroupement Notre-Dame de l’Enfant/Dixville, (Région de l'Estrie)
Le Pavillon Du Parc, (Région de l'Outaouais).

Notons que le projet à été réalisé grâce du programme canadien du Bureau des technologies d’apprentissage, Direction des ressources humaine (Canada) et Justice Canada par le truchement du Comité national sur la prévention du crime a fourni une contribution financière à la réalisation des 4 colloques régionaux et du sondage sur la la vulnérabilité et la victimisation en situation de handicap.

Les résultats de notre projet se mesurent de différentes façons. Certaines réalisations sont plus tangibles que d’autres. Ce qui nous est apparu le plus manifeste, c’est la participation constante des apprenants aux activités du projet pendant toute sa durée. Grâce à leurs travaux, douze thèmes ont été élaborés et discutés par chacun dont les conclusions se sont retrouvées sur le site Internet du RIFVEH. En cours de projet, 4 colloques régionaux ont été organisés sans que ce type d’activités n’ait été initialement prévu et planifié. La tenue de ces colloques a favorisé l’administration d’un sondage portant sur la vulnérabilité et les risques d’abus les plus fréquents vécus par les personnes ayant une déficience intellectuelle. Parmi les éléments moins tangibles, on peut noter le développement d’un partenariat authentique entre les individus provenant de chacun des organismes participants au projet et aux colloques régionaux et la volonté du promoteur, du concepteur, du diffuseur et des partenaires régionaux de mettre sur pied une corporation sans but lucratif dont la mission est de poursuivre l’œuvre accomplie jusqu’ici par les participants au projet.

1- Une participation régulière et soutenue des apprenants aux activités d’apprentissage

Selon le plan original, il avait été prévu neuf (9) rencontres mensuelles, s’étalant sur 36 mois, excluant la période estivale, pour les cinq régions participantes. Devant ce rythme très exigeant, une région s’est désistée au cours du projet, faute d’être en mesure d’y consacrer les ressources nécessaires pour atteindre à terme les résultats escomptés. Quant aux quatre régions qui ont poursuivi le projet jusqu’à sa fin, plus d’une vingtaine de rencontres sur près de 30 mois ont été tenues avec une présence moyenne de 9 participants par région. 

Selon un expert du domaine de la recherche-action sur le terrain , une telle régularité dans la participation est en soi un résultat digne de mention, attendu que cette mobilisation est réalisée sur une base volontaire, au nom du ralliement à une cause et du désir d’améliorer ses compétences sans recevoir en contrepartie une rémunération additionnelle et sans pour autant que la charge quotidienne de travail ne soit diminuée.

2- Douze thématiques discutées dans les quatre régions participantes et modification du site Internet RIFVEH afin de l’adapter aux réalités canadiennes et québécoises

Nous avons mentionné plus haut que le site Internet RIFVEH servait de cadre de référence partagé et de lieu commun, entre toutes les parties liées au projet, devenant ainsi le moteur de la concertation et du partenariat dans les régions désignées. En pratique, l’arborescence de départ du site Internet a été divisée en douze chapitres, correspondant aux thématiques majeures qui visent la sécurité des personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs milieux de vie. Tous les groupes d’apprenants se sont familiarisés avec les divers thèmes et ont proposé des modifications importantes à ces contenus. Les coordonnateurs régionaux du projet, au cours de cinq rencontres, ont finalisé, par consensus, sous forme de synthèse les résultats des travaux des quatre groupes régionaux. Notre site WEB : Une description du site WEB souhaitable selon la région, au niveau des orientations à privilégier, des contenus prioritaires et des aspects technologiques à retenir (arborescences, plan du site, navigation, portail). 

  • Une liste de portraits statistiques significatifs, régionaux et provinciaux, portant sur les caractéristiques populationnelles de la déficience intellectuelle.

  • Une identification des clientèles cibles du site à développer et de leurs besoins prioritaires, en termes d’information, de formation et de développement des compétences, pour une meilleure protection des personnes vulnérables. (voir liens utiles) 

  • Une identification des milieux de vie les plus importants et les risques spécifiques liés à la sécurité et au bien-être des personnes. (voir milieux de vie) 

  • Les éléments de vulnérabilité chez les personnes ayant une déficience intellectuelle ce qui augmente la probabilité de réalisation de situations néfastes pour elles. (voir vulnérabilités) 

  • La couverture des principaux facteurs de risques tant dans l’environnement des personnes que dans leur vie en société. (voir facteurs de risques) 

  • Une exploration des résistances des victimes et des obstacles de l’environnement au dévoilement de la violence et des abus : Pourquoi le silence des victimes ? (voir silence des victimes)  

  • Un inventaire des abus et négligences dans les institutions et établissements publics et privés de soins de santé et de services sociaux (centres hospitaliers, résidences d’accueil, centres de soins prolongés, etc.) (voir sondage RIFVEH 2006) 

  • Une familiarisation à la reconnaissance des situations d’abus et de violence, sur la base des profils de victimes et des agresseurs en fonction d’indicateurs de victimisation. (voir profils) 

  • L’intégration d’un cadre de référence, pouvant servir de guide pour les intervenants de divers secteurs, afin de les aider à réduire la vulnérabilité chez ces clientèles et à atténuer les risques dans l’environnement des victimes. (voir intervenir en cas de danger)  

  • L’exploration des mesures d’autoprotection et de protection, ouvrant des pistes de développement pour une meilleure sécurité des personnes et de leurs milieux de vie. (voir référentiel) 

  • L’identification de secteurs prioritaires pour la mise en ligne par région d’arborescences du site Internet pour mieux s’ajuster aux besoins et réalités des ressources régionales. 

  • Une revue de l’ensemble du site, du point de vue de la navigation, des menus déroulants, de la position des contenus dans l’arborescence et de l’adaptation du site aux besoins des clientèles prioritaires retenues. (voir liens utiles) 

  • Toutes les thématiques discutées par les apprenants se sont d’abord appuyées sur le contenu du site de référence, pour ensuite être révisées, améliorées et adaptées aux réalités québécoises et canadiennes. 

3- Tenue de quatre colloques régionaux axés sur les préoccupations de sécurité des personnes ayant une déficience intellectuelle et de leurs milieux de vie 

En cours de projet, les groupes régionaux ont pris l’initiative de mettre sur pied un colloque dans leur milieu respectif. À cet effet, ils ont dû formuler les objectifs poursuivis par cette initiative locale, déterminer le budget requis pour assurer la tenue de cette activité et s’assurer que cela répondait aux attentes de leur milieu. En bref, les objectifs poursuivis par les organisateurs de ces colloques s’établissent comme suit:

  • Sensibiliser les participants à un cadre de référence sur la sécurité des personnes ayant une déficience intellectuelle et de leurs milieux de vie.

  • Identifier des critères pour mesurer le danger de maltraitance, les vulnérabilités et les risques.

  • Promouvoir la concertation régionale pour améliorer les interventions de prévention et de suivi des situations de maltraitance.

  • Assurer un suivi post-colloque, selon la concertation régionale souhaitée par les participants.

La tenue de ces colloques fut une très grande réussite dans chacune des régions participantes, rassemblant à chaque endroit près de 60 intervenants lesquels provenaient d’une vingtaine d’organismes régionaux. Cette participation dépassait les objectifs que c’était fixé les organisateurs. Les résultats des quatre colloques se traduisent concrètement par l’expression de plus de 200 énoncés portant sur la vulnérabilité et les risques, les pistes de la concertation et du partenariat dans chaque région participante et enfin sur l’intérêt des partenaires à utiliser l’Internet comme moyen de mise en réseau des initiatives et des ressources régionales et provinciales. Également, les organisateurs de ces colloques et les responsables du projet ont convenu de faire une synthèse à la fois au plan régional et au plan provincial. Cette synthèse a donné naissance à un document intitulé « Actes des colloques » qui sera diffusé prochainement à tous les participants des colloques et aux responsables des organismes participants. Ces « Actes des colloques » contribueront à favoriser une standardisation des pratiques de partenariat régional en traitant des différents thèmes découlant des 200 énoncés tels que les aptitudes et les compétences requises à développer pour quiconque doit intervenir auprès des personnes vulnérables, les procédures à établir entre organismes du milieu pour favoriser la concertation et le partenariat, etc. en vue d’assurer à ces personnes une meilleure sécurité dans leurs milieux de vie. Le grand intérêt de la tenue des quatre colloques régionaux pour le promoteur est que les résultats obtenus sont tout à fait transférables aux 19 membres qui n’ont pas participé au projet et qui sont tous, de par leur mission publique, des dispensateurs de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle.

4- L’administration d’un sondage 

À l’occasion des colloques régionaux, un sondage sous forme d’un questionnaire écrit contenant 173 entrées a été administré à 205 participants qualifiés. Il portait sur certains contenus thématiques du site Internet de référence, enrichis d’éléments découlant des travaux des régions tels que les risques d’abus les plus fréquents, les facteurs de risque par milieu de vie et les caractéristiques propres à la vulnérabilité chez les personnes ayant une déficience intellectuelle. Ce sondage a été validé scientifiquement.

Ces résultats allaient consolider la démarche des groupes régionaux et permettaient de valider la pertinence des résultats atteints, au moment du sondage. Les faits saillants du sondage ont eu une forte répercussion sur les groupes, renforçant leur détermination à poursuivre le travail, tant au niveau des contenus thématiques que de l’ensemble de la démarche de dépistage, de prévention et d’intervention, dans un contexte de partenariat.

5. Le développement d’un partenariat authentique en régions 

Selon le bilan provisoire du coordonnateur d’une région participante au projet laquelle disposait déjà d’un groupe de partenaires, "le projet, disait-il, a été l’occasion d’une consolidation et d’un enrichissement de notre « comité violence », en intégrant d’autres partenaires, en diffusant davantage la problématique de la violence dans la région et auprès de partenaires moins sensibilisés à ce jour à cette thématique. Il a aussi enrichi le cadre de référence original sur plusieurs aspects." L’impact du projet, au niveau de la concertation et du partenariat, a été significatif. Au départ, une seule région avait fait l’expérience d’un tel regroupement. En fin de projet, nous avons quatre régions dans lesquelles le centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) a établi des liens de partenariat et de concertation avec des organismes du milieu préoccupés aussi par la vulnérabilité des personnes ayant une déficience intellectuelle en matière de maltraitance et d’abus de toutes sortes. Ce réseautage régional de la communauté, partageant un même cadre de référence, rend possible une meilleure coordination des mesures de protection telles que la mise en place de ressources d’accueil et de soutien, de politiques d’intégration de ces personnes à l’école, l’adaptation des procédures socio- judiciaires afin de faciliter la comparution de ces personnes en justice, une meilleure supervision du réseau résidentiel, etc.

Les participants régionaux souhaitent une continuité post-projet pour conserver le momentum créé par celui-ci et maintenir cette concertation et ce partenariat. L'interface régionale-provinciale Internet, encore en développement, et la réalisation des résultats du projet devraient assurer, entre autres, le maintien et la consolidation des groupes régionaux.

1. Payette, M., docteur en psychologie sociale, Évaluation sommaire du déroulement de l’intervention, Projet de réseau d’apprentissage communautaire, janvier 2005.
2. Un exemple de dépliant publicitaire d’un colloque (Chaudière-Appalaches) se retrouve en annexe.
3. Justice Canada par le truchement du Comité national sur la prévention du crime a fourni une contribution financière à la réalisation des 4 colloques régionaux.
4. Ce sondage a été rendu possible grâce aussi à la contribution financière de Justice Canada par le truchement du Comité national sur la prévention du crime.
5. Ce sondage est disponible à l’adresse WEB : http://www.fep.umontreal.ca/handicap/

Site réalisé par
  Groupe Pratique
© Louis Plamondon, RIFVEH