RIFVEL

Belgique

France

Québec

Suisse
Accueil

30 % des aînés seraient en danger du fait de leur vulnérabilité!

Situation inquiétante de plus de 260 000 femmes aînées du Québec, veuves, divorcées, séparées que suggèrent les résultats de l’étude réalisée par le FORUM des aînés de Montréal et le Réseau Vieillir en liberté, Québec.

Louis Plamondon, juriste et sociologue, chercheur principal, Université de Montréal (FEP)
louis.plamondon@umontreal.ca

Daphe Nahmiash, PhD, Chercheure principale

Les organismes partenaires de l’étude sont le FORUM des citoyens aînés de Montréal et le Réseau Internet Francophone Vieillir en liberté (RIFVEL) www.rifvel.org, partenaire de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal en collaboration avec l’Office municipal d’habitation de Montréal et la Table de concertation des aînés de l’Île de Montréal. Le projet est financé dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime du gouvernement du Canada, en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique du Québec. Le but de cette étude était de dresser un portrait social de la population âgée vivant en HLM à Montréal et de mesurer la fréquence des services qu’elle reçoit et le type d’aide dont elle dépend. Nous souhaitons aussi connaître la vulnérabilité de cette population en terme de dépendance à des services ainsi que la présence de facteurs de dangers dans son environnement.

Les résultats permettent de mesurer l’importance du sentiment de sécurité dans les habitations et dans l’environnement des HLM vécus par le résidants de plus de 60 ans. Il permettra aussi de mettre à la disposition des responsables des HLM, ainsi qu’aux Comités des locataires, des outils pour mieux aider les personnes en difficulté.

Nous avons présenté le projet au Comité de locataires des HLM et nous avons fait des entrevues individuelles avec des personnes âgées qui habitent dans les HLM sélectionnés au hasard (méthode des grappes) pour compléter un questionnaire par un assistant (n= 550). Cette entrevue prenait environ une heure et se faisait au domicile ou à la salle communautaire du HLM. Les chercheurs et les interviewers sont des professionnels et des étudiants de l’université de Montréal. Un formulaire de consentement était signé avant le début de l’entrevue.

Une semaine plus tard, l’assistant logeait un appel pour savoir si l’entrevue s’était bien déroulée et pour répondre aux questions. Tous les résidents qui habitent en HLM étaient libres de participer. Leur participation est entièrement bénévole et ils étaient libres de se retirer en tout temps. Les informations données étaient strictement confidentielles.

Chacun des répondants recevait un bottin des ressources d’aide du quartier en matière de services de protection des personnes âgées, de santé et d’urgence, de dépannages alimentaires ou autres, et de services de loisirs et soutien social.

En cas de besoin et avec son accord, la personne pouvait être référée à la travailleuse sociale de l’OMHM.

Ménages bénéficiant d’une habitation à loyer 
modique en 2003 selon le type de HLM au Québec

Volet

Familles

Personnes âgées

Personnes âgées en perte d’autonomie

Personnes seules

Total

OMHM

26 601

35 217

455

611

62 884

COOP-OBNL

2 231

459

1 329

2 230

6 249

Autochtones hors réserves

1 802

46

---

79

1 927

Inuits

1 986

---

---

10

1 996

Total

32 620

35 722

1 784

2 930

73 056

Source : Société d’habitation du Québec

Portrait de la population interviewée (Île de Montréal)

Population représentative de 12 500 personnes âgées de plus de 60 ans vivant en HLM dans l’île de Montréal. L’échantillon est représentatif de la population étudiée au plan de l’age, du sexe .

Sexe

  • 431 femmes (78,2 %).
  • 120 hommes (21,7 %).

Âge moyen

  • 73,8 ans pour les femmes
  • 70,7 ans pour les hommes
  • 60-64 ans : 99 répondants (18,0 %)
  • 65-69 ans : 101 répondants (18,3 %)
  • 70-74 ans : 109 répondants (19,8 %)
  • 75-79 ans : 98 répondants (17,8 %)
  • 80-84 ans : 91 répondants (16,5 %)
  • 85-89 ans : 30 répondants (5,4 %)
  • 90 + ans  : 19 répondants (3,4 %)
  • 12 % mariés
  • 5 % séparés
  • 13 % célibataires
  • 26 % divorcés
  • 44 % veuf(ve)s
  • 86 % habitent seuls
  • 10 % avec un conjoint
  • 84 hommes et 386 femmes habitent seules
  • On retrouve 470 personnes ayant travaillé à temps complet
  • 50 % (237) répondants ont travaillé plus de 20 ans,
  • 10,7 % (93) répondants ont travaillé 11 à 20 ans
  • 73 % dans le secteur privé, 20 % secteur public

Service de l’entourage, au moins une fois par mois

  • 29 % pas de services réguliers
  • 71 % services réguliers
  • 22 % d’une personne
  • 16 % de deux personnes
  • 11 % de trois personnes
  • 22 % de quatre personnes ou plus

Services reçus de la part des trois aidants principaux : filles, fils et amis ou une sœur. Trois à quatre services par mois en moyenne.

  • Visites amicales 20 % à 30 %*
  • Achats/magasinage/loisirs 16 % à 20 %
  • Livraison de journal, épicerie 8 % à 13 %
  • Accompagnement médical 8 % à 10 %
  • Ménage 5 % à 9 %
  • Services bancaires et financiers 3 % à 7 %
  • Réparations 6 % à 10 %

* Les visites amicales sont considérées comme des services rendus à la personne dans la mesure où elles brisent l’isolement, favorisent la communication interpersonnelle, améliorent les conditions de sécurité des personnes. Par ailleurs pour les aidants la visite impose un certains nombre de tâches (déplacement, frais, préparation) et une planification de l’horaire qui représente un dépense d’énergie significative. De plus la visite amicale comporte la réalisation de services d’autres types.

Constats prioritaires selon le Forum et le réseau Vieillir en liberté suite à la recherche :

Les HLM pour aînés  sont une réponse adéquate pour toutes les personnes à faible revenu; mais le nombre est très insuffisant et cette lacune pénalise des femmes âgées seules surtout!

  • L’étude trace un portrait psychosocial inquiétant des femmes veuves et séparées ou divorcées de plus de 60 ans…dans les HLM et permet de supposer que la situation serait plus difficile pour celles qui n’ont pas un logement subventionné soit la très grande majorité des femmes seules et pauvres (+ de 260 000 femmes âgées au Québec)
  • L’enquête révèle que ces femmes âgées ont dans une large majorité travaillé plus de vingt ans à temps complet dans le secteur privé; elle ne sont pas des assistées permanentes comme les préjugés le véhiculent!
  • Les constats de vulnérabilité peuvent être étendus à la majorité des personnes seules qui sont économiquement pénalisées par les systèmes de retraite. Plus 260 000 femmes seraient dans cette situation au Québec et la grande majorité vit dans une condition précaire et une grande vulnérabilité sociale avec des revenus inférieur à 15 000 $/an
  • Moins de 12 500 bénéficient d’un logement subventionné à Montréal et 35 000 ménages âgés au Québec
  • Tout porte à croire que les femmes âgées veuves, séparées et divorcées dans les grands ensembles locatifs privés qui paient entre 800 $ et 1 500 $ de loyer par mois doivent vivre les mêmes difficultés.

Nous concluons que les femmes âgées veuves, séparées et divorcées, qui logent seules en ville et qui ont des revenus de moins de 15 000 $ ( soit 75 % de cette population) sont certainement en plus grande fragilité que celles qui vivent en HLM.

Faits saillants : les difficultés les plus présentes chez les aînés en HLM

Vous pensez que vous n’êtes pas en bonne santé * 39 %
Vous souffrez tous les jours de douleurs peu ou pas soulagées 46 %
Vous avez des problèmes d’insomnie ** 41 %
Vous avez de la difficulté à communiquer vos émotions 36 %
Vous vous sentez souvent très seul(e) 34 %
Vous avez peu d’intérêt aux activités extérieures 29 %
Vous avec de la difficulté à voir, même avec des lunettes 27 %
Vous souffrez de problèmes de surdité *** 24 %
Vous pleurez souvent 21 %
Vous trouvez que votre appartement manque de ventilation 21 %
Vous avez fait plusieurs chutes au cours de la dernière année 17 %
Vous manquez de soutien de la part de votre famille 15 %
Vous avez des problèmes de perte d’appétit 13 %
Involontairement vous avez perdu beaucoup de poids 11 %
Vous n’avez pas assez d’argent pour combler vos besoins quotidiens **** (alimentation, loyer, médicaments, vêtements, transport) 9 %
Ne reçoivent aucun service de proches 29 %
N’ont pas reçu de visite de leur famille au cours du mois 24 %
N’ont qu’un seul aidant 22 %
N’ont reçu qu’une ou deux visites dans le mois précédent 20 %
N’ont personne à qui se confier en cas de difficultés 13 %

(Sur 427 personnes)

*Ensemble de la population, femmes, 65 ans et plus = 23 % (ISQ, 1998)

**Ensemble de la population, femmes. 65 ans et plus = 12 % (ISQ 1998)

***Ensemble de la population, femmes. 65 ans et plus = 17 % (ISQ 1998)

**** Ensemble de la population, perception pauvre et très pauvre 21 % femmes 23,4 % (ISQ 1998)

  • Plus de 4 caractéristiques : 51 %
  • Plus de 7 caractéristiques : 20 %

383 personnes ne recevant pas de services de la part d’un organisme privé ou communautaire (69,4 %)

Pour les 169 répondants qui reçoivent des services d’organismes (30,6 %)

  • 88 répondants (15,9 %) reçoivent un seul service;
  • 41 répondants (7,4 %) reçoivent deux services;
  • 40 répondants (7,2 %) reçoivent trois services.
  • 15 % pour des services de santé
  • 15 % de services divers (sociaux, ménage,etc)

Portraits des difficultés des aidants

s’occupe de vous depuis longtemps 71,2 %
souffre de problèmes de santé 25,9 %
est mal préparée à s’occuper d’une personne 22,8 %
se plaint d’une surcharge de travail 11,9 %
souhaite recevoir l’aide de services 11,9 %
vit avec vous 10,9 %
est isolée socialement, n ’ a pas de soutien de compagnie 8,7 %
a des problèmes familiaux (séparation, enfant difficile)  8,3 %
a des difficultés économiques 8,0 %
montre des symptômes de dépression 6,6 %
  • 17 % des aidants ont 4 difficultés ou plus

Les attentes à l’égard de l’OMHM au plan de la sécurité

 

Considérez-vous que vous vivez dans un environnement ou une habitation sécuritaire?

 

19 % des répondants disent que non; des 81 % qui disent oui 18 % expriment les mêmes réserves que les répondants qui disent non à la question. Les résidants signalent :

  • Amélioration de la sécurité des immeubles dans certains secteurs
    • Sécurisation de l’accès, éclairage, entretien extérieur
  • Amélioration des services de réparation
    • Délais inacceptables, rampes inadéquates
  • Prévention des agressions et des vols dans les habitations
    • Vols à l’astuce, fraude
  • Soutien à la résolution des conflits

Besoins d’actions prioritaires selon le FORUM suite à la recherche après consultations de groupes de locataires

 

L’OMH doit se donner les moyens de connaître ses résidents les plus fragiles ou vulnérables et de prendre certaines mesures pour accroître leur sécurité dans l’esprit de la loi qui encadre son action.

 

  • Le vieillissement des locataires dans les HLM crée une demande de services différents et les offices d’habitation devront s’adapter, DOIVENT s’adapter maintenant en créant des partenariats novateurs avec le secteur public, le privé et communautaire.
  • Plus de 25 % des résidents/répondants ont déjà + 80 ans et l’OMH doit se responsabiliser face à cet état de fait ! Il doit ajuster ses politiques et interventions à la réalité du vieillissement des résidents aînés.
  • Les services de relations communautaires doivent tenir compte des capacités réelles des résidents à s’organiser entre eux pour se donner des services ou organiser leur vie collective; le soutien aux comités de locataire devrait être adapté et accentué.
  • Nous recommandons une visite d’un représentant qualifié de l’OMHM dans l’appartement des résidants de plus de 80 ans afin d’évaluer la sécurité des lieux. Former les directions et les personnels à cet objectif!
  • Créer un poste d’ombudsman dans les offices d’habitation
    Il y a une nécessité d’améliorer la transparence de la gestion des signalements et des plaintes portant sur la sécurité des personnes et des immeubles. A l’heure où les organismes publics ont tous un ombudsman, comment ne pas reconnaître cette nécessité là où sont logées plus de 35 000 personnes aînés dont plus du tiers sont très vulnérables!
  • Résoudre la question de l’accès des appartements en cas d’urgence :
    Défoncer les portes…pour secourir un locataire n’est pas une méthode adaptée et crée des traumatismes chez les autres résidents. Un groupe de travail avec des experts en mesure urgence devrait établir les mesures pertinentes.
  • Mettre en place un mécanisme de vigilance en cas de maladie; des comités ont proposé la distribution d’un carton de sécurité mise aux poignées de porte quand le résident se sent fragile au plan de sa santé; si le carton est toujours à la porte après 10 h le matin un voisin fait un appel téléphonique se sécurité et en cas de non réponse, il alerte un responsable. La mise en place devrait se faire avec la collaboration de l’OMHM et les applications ajustées selon les milieux quand aux modalités de vigilance
  • Mettre un bottin de services locaux de bases en format tableau affiché dans les halls d’entrée des résidences
  • Accroître la promotion du service TEL AINÉS, service d’écoute et de référence à l’intention des aînés qui vivent seules.
  • Mieux faire connaître les services accessibles de soutien au ménage pour les personnes malades ou fragiles entre autres dans le secteur de l’économie sociale.
  • Identifier des ressources d’aide locale pour la recherche de services à domicile et la coordination de services médicaux dans les quartiers en collaboration avec les CLSC des quartiers
  • Développement d’une offre de service « téléavertisseur » en partenariat avec un service privé dans les situations de chutes, de maladie ou insécurité sévère
  • Établir en partenariat un programme de soutien aux résidents vulnérables pour compenser la surdité et les troubles de la vue avec les instituts Raymond Dewar et Louis Braille
  • Réaliser un programme de prévention des chutes, à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments en collaboration avec l’Institut de gériatrie de Montréal et la direction de la santé publique
  • Promotion des initiatives locales mises en place par les comités de locataires dans les HLM pour les résidents
  • En partenariat avec des organisme tels les Petits frères des pauvres, Accordailles, Résolidaire, etc, susciter l’organisations de visites amicales pour briser l’isolement de 30 % des locataires; comment intégrer les ressources locales de quartier.
  • Former les membres des comités et les locataires à des stratégies simples de résolutions de conflits entre les personnes

Étude HLM : résultats de l’enquête (intégral) >>>

© 2019, Réseau Internet Francophone "Vieillir en Liberté"